Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Pascalito


Patrick Mille
Une évidence théâtrale
Il avait mis en scène Sara Forestier au Ciné 13 Théâtre ; il sera son partenaire dans "Interview" au Studio des Champs-Élysées, sous la direction de Hans Peter Cloos.
Quelle est la pertinence du thème de cette pièce ?
Hans Peter Cloos a fait la traduction et l'adaptation de ce film de Theo Van Gogh. Il voyait dans ce huis clos une idée de pièce formidable, un peu à l'exemple de la pièce Le Limier... Un film qui, tout à coup, a une évidence théâtrale. La base est celle d'une interview entre une starlette montante, une de ces nouvelles gloires d'aujourd'hui de séries B, et un journaliste reporter de guerre et politique d'un grand journal. Mis à l'écart, il s'occupe des pages people, ce qu'il trouve dégradant. C'est donc la rencontre de deux personnes qui ont beaucoup d'a priori l'une sur l'autre, qui jouent au chat et à la souris. La confrontation de deux mondes avec ses coups de théâtre.

Est-il difficile de se laisser guider lorsque l'on a soi-même été metteur en scène ?

Tant que je n'avais pas mis moi-même en scène, je me posais des questions. Maintenant, j'ai confiance, je me laisse guider et je suis beaucoup plus malléable. Avoir été de l'autre côté me fait prendre conscience de ce qu'est un acteur avec lequel on peut travailler. C'est un partage. Cela m'a fait du bien. Hans Peter Cloos a un univers en tête, visuel, marqué, très moderne. Il est très proche des comédiens dans la manière de les diriger. Il fait tout un travail d'iconographie, inspiré de la danse, d'images qu'il apporte sur le plateau. On arrive très librement à ces gestes-là, on trouve une inspiration sur un mouvement, une humeur qui va coller à son idée. Ce n'est pas plaqué.

Faites-vous une différence entre la direction d'acteurs et la mise en scène ?

Il y a des metteurs en scène pour qui la direction d'acteur n'est pas le point fort. Ils ont un univers. D'autres sont plus proches des acteurs, les magnifient, les surprennent. Hans Peter Cloos a été acteur, il n'est pas un théoricien, il est proche de la chair, de l'acteur. Il réconcilie la mise en scène et la direction. Je suis très fan de son travail, il y a une folie, une construction. Ce n'est pas du vieux théâtre ni un théâtre de salon.

Quel public attendez-vous ?

C'est une pièce qui réconcilie deux publics. Elle plaît à celui du théâtre privé - il y a un suspense, une histoire - et, en même temps, cela intéressera les jeunes par l'écriture et le sujet actuel. J'aimerais faire venir ceux qui ne viennent pas souvent dans les salles, qui ont des a priori... Stéphanie Fagadau a vraiment une idée novatrice pour la programmation du Studio des Champs-Élysées, dont les plans ont été imaginés par Louis Jouvet pour le théâtre contemporain, les nouveaux auteurs, les nouvelles formes. Une sorte de laboratoire.
Interview par François Varlin
Paru le 23/10/2010

-
Haut