Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Véronique Barrault
© Bruno Perroud


Tout le plaisir est pour nous
Après ses 100 représentations au Rive Gauche, la nouvelle adaptation française du "Saut du lit" de Ray Cooney et John Chapman par Sébastien Castro, mise en scène par Rodolphe Sand, investit Le Palais des Glaces avec une nouvelle distribution haute en couleur ! Rafraîchissant, bourré d'humour et de cocasserie, tendu comme un arc, ce boulevard décapant, dans la lignée d'"Oscar", s'impose comme l'un des incontournables divertissements de cet été !
Véronique Barrault,
maîtresse de maison chic et choc


Au cœur de l'intrigue, nous retrouvons la sémillante Véronique Barrault (qui cite Un vrai bonheur de Didier Caron et Tragédies au radar de Romain Bouteille parmi ses plus belles aventures théâtrales) : "Comme je souhaitais depuis longtemps travailler avec Rodolphe et que je n'avais jamais fait de boulevard, j'ai accepté l'aventure de suite ! D'autant que je reprends le rôle d'Armelle qui ne laisse pas le temps de souffler une seconde ! Marie-Catherine est la femme d'un éditeur qui se retrouve au cœur d'un traquenard : sa meilleure amie lui demande de lui prêter son appartement pour retrouver son amant. Ce qu'elle ignore, c'est que l'associé de son mari lui a demandé la même faveur. Et, bien entendu, la meilleure amie de Marie-Catherine et l'associé de son époux sont mariés ! En bonne copine, Marie-Catherine va tout faire pour que les choses ne se sachent pas, ce qui entraîne péripéties et quiproquos en chaîne ! S'ajoutent à cela des problèmes d'argent : la maison d'édition de son mari est en faillite et seule la romancière à succès Mademoiselle Bouillon peut les sauver de la banqueroute : l'écrivain devient ainsi l'élément libérateur, mais redoutable puisqu'il faut lui faire signer son contrat coûte que coûte et sans perdre la face !"


Christel Charpentier,
la noble dame de Sucy-en-Brie


Avec son irrésistible coquetterie de prononciation et son humour pince-sans-rire (peaufiné auprès de Julien Cafaro, Jean-Christophe Barc, Josiane Balasko ou encore Anthéa Sogno), Christel Charpentier était toute désignée pour incarner le modèle de vertu qu'est Mademoiselle Bouillon : "La romancière pour enfants que je suis arrive dans cette maison où tout est sens dessus dessous et s'en trouve quelque peu bousculée, comme elle mène une vie relativement calme avec ses chiens et chats. Elle est en quête d'un nouvel éditeur, son précédent s'étant lancé dans le porno, ce qu'elle goûte fort peu. Comme ses livres sont des best-sellers, elle peut s'offrir le luxe de choisir sa nouvelle maison d'édition qui ne devra receler aucune histoire sexuelle douteuse ! Je reprends le rôle de Laurence Badie étant donné que nous avons presque le même âge, comme vous l'aurez remarqué ! En fait, c'est un personnage sans âge, il faut juste qu'elle ait un peu plus de 18 ans puisque c'est une vieille fille ! Étant à peu près aussi gaga des chiens qu'elle, je reconnais que je n'ai pas eu à beaucoup travailler certains aspects du rôle !"


Rodolphe Sand,
maître de cérémonie


Actuellement à l'affiche de Mission Florimont et du Tour du monde en 80 jours, Rodolphe Sand se réjouit du succès rencontré par cette aventure chorale initiée par Sébastien Castro : "Nous l'avons créée à Montreux, une tournée a suivi, le Rive Gauche nous a réclamés et aujourd'hui Jean-Pierre Bigard nous accueille ! Tout le plaisir est vraiment pour nous, d'autant que Sébastien rêvait de monter cette pièce depuis qu'il l'avait découverte, gamin, en 1988 aux Variétés avec Dany Carrel, Patrick Préjean et Tsilla Chelton. Pour la mettre au goût du jour, nous avons seulement raccourci l'exposition : les situations sont tellement démentes qu'il est superflu de rajouter des bons mots." Sur tous les fronts, Rodolphe vient de mettre en scène un nouveau one, Karine Dubernet vous éclate, actuellement au Point-Virgule : "Cette fille est un ovni : toute petite, mais bourrée d'énergie, aussi aimable qu'une porte de prison, mais animée d'une fantaisie incroyable ! Elle se raconte comme le faisait Armelle, un one étant pour moi une carte d'identité. Karine parle avec beaucoup d'amour de la laideur humaine au travers de personnages assez monstrueux et révoltés. Je suis également en train de préparer une adaptation du 'Bourgeon' de Feydeau, son unique comédie dramatique, l'histoire d'un jeune prêtre détourné en plein noviciat par une demi-mondaine qui va lui faire goûter les plaisirs de la chair..."
Dossier par Alain Bugnard
Paru le 28/07/2010

-
Haut