Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Brigitte Enguerand


Juliette met en scène François Morel
au Rond-Point
Le chanteur et comédien a confié la mise en scène de son nouveau récital, "Le Soir, des lions" (édité en CD chez Polydor), à la facétieuse chansonnière, réputée pour son univers truculent et délicieusement suranné.
Juliette et Morel, c'est une affaire qui roule : après un échange de chansons et un duo d'amour, vous voilà bombardée maîtresse de maison !
Il m'a proposé, il y a un an, de faire la mise en scène de son deuxième spectacle et j'ai accepté car il faut toujours dire oui. Après, on peut toujours esquiver ou gagner du temps en inventant de faux prétextes, genre j'ai piscine... Mine de rien, je me demandais dans quoi je m'étais lancée, mettre les autres en scène étant une première pour moi. Mais ça me plaît tellement que j'étudierais toutes les futures propositions avec attention !

Que devient Morel dans l'antre de sa "lionne" ?!

Ma première volonté était de le sortir de la case Deschiens. Je l'ai placé dans une sorte d'îlot de résistance hors du temps : l'action se passe dans un terrain vague, protégé par une palissade décorée de lampions, tandis que l'on distingue, dans le fond, des silhouettes de grands immeubles. Morel, en tenue très négligée, marcel et pantalon avec bretelles sur les genoux, se rase avec un coupe-chou à l'ancienne et un vieux blaireau, et le récital commence par un play-back. Les musiciens, sapés dans le style années 1940, arrivent et se mettent à jouer des instruments qui, pour le coup, ne sont absolument pas spécifiques de l'époque : percussions, sax, trombone, synthétiseur. Le côté nostalgique et mélancolique épouse à merveille les textes de Morel qui s'inscrivent dans cette poésie populaire où rien ne se prend au sérieux, où les messages glissent par clins d'œil. Le monde va mal, tant pis. Cette façon de voir les choses à la manière d'une comptine me plaît. Un type crève sur le trottoir et personne n'en a rien à foutre. C'est dans l'ordre des choses. Côté action, Morel évolue dans une structure libre. Pour les pauses entre les chansons, je lui ai donné des pistes de dialogues avec des running gags qui laissent une place importante à l'impro. En tout cas, il chante de mieux en mieux et l'accueil du public est assez formidable.

Qu'en est-il de l'actualité de la diva ?

Je rentre en studio le 15 août pour enregistrer un nouvel album qui devrait sortir le 10 janvier 2011, si tout va bien. Le fil conducteur sera la paranoïa. Je ne suis pas du tout sensible aux grands thèmes paranoïaques comme celui du grand complot. En revanche, je constate que dans leur vie privée, les gens ont des réactions individualistes bizarres et contradictoires, voire schizophréniques, en partie liées au terrorisme intellectuel du politiquement correct. Cet album s'appellera donc No parano !
Interview par Alain Bugnard
Paru le 07/06/2010

-
Haut