Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Hervé Briaux
D.R.


Les Âmes mortes
de Nicolas Gogol
C'est à la MC93 de Bobigny que le metteur en scène d'origine russe Anton Kouznetsov présente son adaptation scénique des "Âmes mortes" de Nicolas Gogol. Une adaptation pour trois interprètes au sein de laquelle le comédien Hervé Briaux donne la réplique à Vera Ermakova et Laurent Manzoni.
En 2009, la Russie a fêté le bicentenaire de la naissance de Nicolas Gogol. Un an après cette célébration, Anton Kouznetsov (metteur en scène né en Russie, formé auprès de Lev Dodine et installé en France depuis 2006) porte à la scène Les Âmes mortes, roman inachevé du grand auteur d'origine ukrainienne considéré comme l'une des œuvres maîtresses de la littérature russe. Pour cette adaptation théâtrale (le texte français est d'André Markowicz), Anton Kouznetsov a choisi de centrer son spectacle autour de trois comédiens : Vera Ermakova qui interprète les figures féminines, Hervé Briaux qui prend en charge le narrateur (un double de l'auteur) ainsi que tous les vendeurs potentiels d'âmes mortes, et Laurent Manzoni qui incarne le personnage central, Tchitchikov. Un personnage qui propose aux propriétaires terriens qu'il rencontre d'acquérir leurs "âmes mortes", entendons par-là les serfs morts sur lesquels ces propriétaires payent un impôt jusqu'à ce qu'une hypothétique inspection de l'administration russe vienne officialiser leur décès. "Ainsi, riche de paysans sur le papier, Tchitchikov pourra se faire passer pour un grand propriétaire et demander à l'État de lui octroyer une terre dans les grands espaces qu'on désire peupler au sein de la Sibérie, quitte à la revendre au plus vite", explique Hervé Briaux.

"L'essence poétique fulgurante des Âmes mortes"

"Voilà ainsi des paysans, exploités de leur vivant qui, morts, servent encore comme source de bénéfice pour leurs anciens propriétaires et comme objet de spéculation pour leur nouveau, poursuit le comédien. C'est Pouchkine qui a offert cette idée de 'grand roman' à Gogol. Pour lui, ce trafic était le comble de l'immoralité. Il est terrible de pouvoir faire un parallèle entre ces morts utilisables à merci en vue de bénéfices et, à notre époque, des personnes vivantes utilisables et jetables à merci au sein des entreprises modernes..." Passant de la position de narrateur jugeant l'action qui se déroule sous ses yeux à la position de vendeur intervenant directement dans l'intrigue, Hervé Briaux réalise sur scène "une gymnastique [lui procurant] joie et excitation". Une gymnastique qui s'inscrit dans une représentation pleine d'humour cherchant non seulement à comprendre qui est Tchitchikov, mais également qui est Nicolas Gogol. "Qui tire les ficelles, se demande en effet Anton Kouznetsov, est-ce l'auteur ou la création ?" Enquête de Gogol sur Tchitchikov autant que de Tchitchikov sur Gogol, ce spectacle vise à éclairer ces deux perspectives tout en faisant resurgir "l'essence poétique fulgurante des Âmes mortes".
Zoom par Manuel Piolat Soleymat
Paru le 17/06/2010

-
Haut