Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Paul Lapierre


Frédérick Sigrist Dans “Et après on va dire que je suis méchant…”
Ni méchant ni bête… mais drôle !
Cet humoriste souligne son métissage pour se déclarer "Noir modéré", tout en avouant qu'il serait capable de tuer père et mère pour un bon mot ! Le ton du programme est ainsi donné : quelques coups de griffes et beaucoup d'humour !
Et, contrairement à certain programme politique qu'il fustige ("Avec Sarkozy, tout devient possible... mais tout ce qui est possible est-il souhaitable ?"), Frédérick tiendra ses promesses ! S'il a choisi la forme du stand-up, c'est dans la belle tradition française chère à Guy Bedos, par exemple. Sigrist tire en effet à vue sur tout ce qui bouge, n'hésitant jamais à se mettre lui-même dans la ligne de mire. Je l'ai dit, tout y passe : à gauche, à droite, à la télé, sur les marchés de fruits et légumes, dans les couples (simples "célibataires en rémission"), la famille, la religion, bien sûr... Même Blanche-Neige en prend pour son grade ! Ses flèches bien affûtées soulignent l'absurdité de notre monde, les inégalités flagrantes, les velléités toujours vivaces du colonialisme et l'esclavagisme qui se niche là où on ne l'attend pas (et aussi là où on ne l'attend que trop !). Sigrist est un auteur et ça s'entend : il utilise les subtilités de notre langue, du jeu de mots classique à la métaphore dynamite. C'est aussi un comédien à la présence généreuse qui sait jouer de la corde sensible quand il le faut ou prendre de la distance quand c'est nécessaire. Sa sincérité aussi se ressent, et tout ça fait vraiment du bien !
Zoom par Caroline Fabre
Paru le 07/06/2009

-
Haut