Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Etienne Chognard


À la vie !
Il y eut le film, "À la vie, à la mort !", coécrit par Jean-Louis Milesi et Robert Guédiguian avec Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin et Jacques Gamblin. Voici l'adaptation théâtrale pour huit comédiens, mise en scène par Pierre-Loup Rajot, et avec Mireille Viti dans le rôle "fédérateur" de Joséfa.
"Jean-Louis Milesi concevait quelques frustrations par rapport au film, certains personnages n'ayant pu être développés comme il l'entendait", explique Pierre-Loup Rajot, ancien élève de Patrice Chéreau et Francis Huster, partenaire de Michel Serrault et Annie Girardot dans L'Avare et, personnage récurrent de la série télévisée R.I.S. police scientifique sur TF1. "Le langage très fleuri et pagnolesque de Jean-Louis amenait sans doute trop de théâtralité à l'écran car nous ne sommes plus dans le cinéma de la parole : les émotions sont davantage suggérées que dites. Aussi, quand il a vu mon film Testostérone (actuellement en salles) dans lequel les comédiens dialoguent sans interruption, il a choisi de me confier sa pièce. C'est un texte engagé, frontal et humaniste : un appel à la solidarité et à la responsabilité civique. Nous avons rencontré un vif succès à Marseille et en Suisse. Certainement, parce que ce spectacle s'inscrit dans la plus pure tradition théâtrale avec des personnages comme Molière savait en créer et dans lesquels le public peut se retrouver." Le lieu : un cabaret désaffecté appartenant à des laissés-pour-compte se transformant au fil des actes en terre d'accueil, foyer, communauté. L'action : comment réussir à faire vivre ensemble des individus d'horizons différents ? "Le décor et les costumes sont très colorés, et pour évoquer le Sud, et parce que je ne voulais pas traiter la misère par l'image de la misère. Tous ces êtres sont dignes : même démunis et désœuvrés, ils savent se faire beaux avec un rien." Parmi ces êtres en errance, Joséfa, la propriétaire du cabaret incarnée par Mireille Viti, qui fut d'une autre aventure marseillaise, celle de Belle(s) famille(s) d'Alain Cauchi : "C'est une femme de cœur. Elle fait du strip-tease dans ce lieu en voie de déliquescence pour remonter le moral de ses troupes. L'action débute à un moment de sa vie où elle ne supporte plus d'exhiber son corps car elle se voit vieillir. Elle tente avec son époux de panser ses maux dans l'alcool, la pétanque... Petit à petit va se former autour d'eux un nid de déshérités dont elle deviendra un peu la mère. Ce texte est vraiment d'actualité : nous évoluons dans une société pleine d'espoirs parce que désespérée et dans laquelle nous n'avons désormais d'autres choix que d'essayer de vivre en toute fraternité si nous voulons survivre. La pièce pose un regard humain sur tout ce qui nous fait peur, l'inconnu, l'étranger, la différence, pour nous inciter à ouvrir les portes de notre cœur et non celles de notre mental ou de notre raison. Nous sommes d'autant plus fiers de ce spectacle que beaucoup de créations aujourd'hui programmées ne ressemblent plus à du théâtre."
Zoom par Alain Bugnard
Paru le 17/05/2009

-
Haut