Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Laurencine Lot


Boumkœur aux Métallos
Cœur tendre en milieu hostile
Cette pièce est adaptée d'un roman paru en 2001, signé Rachid Djaïdani, écrivain érigé en "phénomène" par le cercle si fermé du milieu littéraire... puisque fils d'immigré, banlieusard et sans diplôme !
Avec ironie, tristesse, humour et poésie, l'auteur dresse un constat nuancé des habitants des cités. Chômage, drogue, rêves ou absence de rêves, violence, prison... tous les clichés habituels sont là, pourtant, le texte ne tombe pas dans la banalité. Dans cette cité (ou ce quartier ?), il y a Yaz, le gentil Beur qui projette d'écrire un livre et a passé un deal avec son pote Grézi le Black. Ce dernier, genre gros bras - gueule cassée qui rêve d'or et d'argent coulant à flots, lui a promis d'être ses yeux et ses oreilles et de glaner histoires de sa cité et anecdotes liées à ses habitants que Yaz couchera sur le papier. Las, la gentillesse de Yaz l'entraîne sur les sentiers de la crédulité et son histoire ne se déroule pas comme il le croyait. Entre eux, le narrateur, parlant au passé simple, nous aide à remettre en place les pièces du puzzle, car le texte, avançant par bribes et sans chronologie, s'avère un peu difficile. Nous nous y accrocherons aussi grâce à la forte présence de deux jeunes comédiens qui se démènent ou s'affrontent avec fougue comme sur un ring. Salim Kechiouche, touchant, et Tony Mpoudja, criant de vérité, font vivre ce récit écrit comme un rap ou un slam, qui offre de belles envolées poétiques, nous interpelle parfois, et nous amuse aussi avec quelques traductions de verlan et de
langage SMS.
Zoom par Caroline Fabre
Paru le 23/03/2009

-
Haut