Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Pascalito


Isabelle de Botton
Un jour, à l'âge de 8 ans, Isabelle de Botton a dû quitter l'Égypte pour venir vivre en France. Au moment de la crise du Canal de Suez de 1956, son père, parce qu'il était juif, avait été interné quatre mois dans un camp sous le régime de Nasser. Libéré, il fait visiter le pays et ses merveilles à ses enfants et leur fait plier bagage illico. Au Studio des Champs-Élysées, Isabelle raconte. "Moïse, Dalida et moi".
"Quand on est enfant, on n'a pas envie d'embêter ses parents et de poser de questions douloureuses. Mais c'est dommage de ne pas avoir témoigné..." Le père d'Isabelle ne racontera jamais. Alors Isabelle parle, sans désir de suivre une thérapie ou de faire pleurer dans les chaumières. Elle raconte avec l'envie de susciter le rire, de dire combien belle était sa chance de venir en 1960 à Paris. "L'intégration, la double culture, venir d'ailleurs et ne pas en souffrir... Ce sont des thèmes importants pour aujourd'hui. Cela enseigne la souplesse de caractère, la tolérance, la compréhension." Isabelle de Botton aurait pu en faire un livre - peut-être le fera-t-elle -, mais elle voulait d'abord écrire un texte pour le jouer. Michèle Bernier, complice depuis les années du Théâtre de Bouvard, la soutient dans son projet et signe la mise en scène. L'arrestation d'un père, son retour, le départ de l'Égypte, l'arrivée en France, de quoi faire provision de souvenirs, de rires et de larmes. De vie.
Portrait par François Varlin
Paru le 25/03/2009

-
Haut