Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Legrand


Valérie Baran, directrice du théâtre Le Tarmac de La Villette
“Le théâtre doit ouvrir les champs de vision, de conscience et de réflexion du public”
À la direction du théâtre Le Tarmac de La Villette (anciennement T.I.L.F.), depuis janvier 2005, Valérie Baran travaille à faire émerger de nouvelles écritures dramatiques issues des pays de la Francophonie(1). Une démarche qui s'appuie sur une conception résolument politique du théâtre.
Quel projet artistique avez-vous souhaité initier en prenant la direction du Tarmac de La Villette ?
Un projet qui se veut l'héritier du T.I.L.F. de Gabriel Garran(2) : j'entends par là qui développe un goût pour l'ailleurs, un goût pour une langue française revisitée par ses différents locuteurs. Également, un projet qui prend en compte les mutations qui ont bouleversé, depuis le début des années 1980, l'espace de la Francophonie. Ma volonté est vraiment de faire en sorte que le théâtre présenté au Tarmac soit un outil critique de la démocratie, un instrument de réflexion et de conscientisation du politique, de la vie dans la société.

Est-ce la raison pour laquelle vous avez décidé de ne programmer que des textes d'auteurs contemporains ?
Exactement. Car ce sont les auteurs contemporains qui sont à même de porter un regard critique sur notre époque. Je souhaite vraiment que la scène du Tarmac renvoie un reflet des différentes réalités qui prennent corps aujourd'hui dans le monde, et plus particulièrement, dans les pays de la Francophonie. En évitant, bien sûr, toute idée de tradition, d'art ethnique ou folklorique. Ce sont les écritures théâtrales dans toute leur modernité que je souhaite faire entendre au Tarmac.

Votre vision du théâtre est donc fondamentalement politique...
Oui. Nous vivons dans une société où les espaces de pensée et de réflexion sont de plus en plus restreints, une société qui prône un bonheur de "l'avoir" plutôt qu'un bonheur de "l'être". Le théâtre doit être un lieu d'éveil et de réveil, un lieu qui titille les gens, qui favorise les prises de conscience. Le théâtre est là pour allumer la lumière ! C'est l'une des raisons pour lesquelles j'essaie toujours de faire en sorte que les spectacles présentés au Tarmac s'éloignent le plus possible du prêt-à-penser, du prédigéré, du modèle dominant. Ceci afin de porter un éclairage sur la face cachée des choses, sur tout ce qui n'est pas donné à voir par les images que la télévision nous assène à longueur de journée. Je souhaite faire entendre des voix singulières, des voix susceptibles de donner naissance à de nouvelles interrogations. Pour moi, le théâtre doit ouvrir les champs de vision, de conscience et de réflexion du public.
Interview par Manuel Piolat Soleymat
Paru le 04/03/2009

-
Haut