Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Anthéa Sogno
Anthéa Sogno et Sacha Petronijevic redonnent vie aux amants passionnés que furent Juliette Drouet et Victor Hugo à la Comédie Bastille sur une mise en scène de Jacques Décombe.
Après avoir témoigné de votre passion pour Feydeau et Guitry, vous déclarez votre flamme à l'auteur d'Hernani...
Victor Hugo fait partie de mon panthéon d'auteurs, mais la raison de cette pièce est avant tout Juliette Drouet. Je suis tombée amoureuse du personnage : vous goûtez l'atmosphère d'un immense château et vous découvrez un jour une dépendance, merveilleuse, particulière, qui vous fait encore plus chérir le lieu.

Vous avez ainsi travaillé à partir de leurs cinquante années de correspondance...
Je voulais que tout ce qui se dit soit leurs paroles les plus belles, les plus fortes, tout en respectant leurs styles dans un récit cohérent. La pièce débute au moment de leur rencontre, sur un plateau de théâtre, lors de la lecture de Lucrèce Borgia, et se termine quand Juliette ferme définitivement les yeux, jour qui scelle l'œuvre littéraire de Victor Hugo. Juliette était non seulement la femme de sa vie, mais aussi la muse absolue : derrière cet immense soleil qu'était Hugo, il y avait un autre soleil qui amplifiait son rayonnement.

Quelles couleurs offrez-vous à Juliette Drouet ?
C'est la première fois que j'interprète un personnage qui a existé. La part d'imagination est infime. Il suffit de l'écouter, de la lire : elle me dicte tout. Juliette était, comme on peut l'imaginer, une femme très drôle, piquante, pleine d'esprit. Mais ce fut aussi un amour très difficile à vivre car Victor Hugo les a totalement étreints. La passion euphorisante et déchirante est ce qu'il y a de plus important : aimer, c'est plus que vivre.
Interview par Alain Bugnard
Paru le 09/12/2008

-
Haut