Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© B. Conte


Jacques Nichet :
les illusions humaines
Il met en scène "Le Commencement du bonheur" à la MC93 de Bobigny. Un spectacle tiré des Operette Morali, petites pièces philosophiques de Giacomo Leopardi.
"À la manière de Platon ou de Lucien de Samosate, Giacomo Leopardi s'interroge - nous interroge - sur les illusions de l'être humain : illusion de se croire maître et possesseur de la nature, de s'imaginer au centre d'un univers créé spécifiquement à son intention ; illusion du bonheur, source de perpétuelles insatisfactions. Le nihilisme de Leopardi est une manière de dévisager avec ironie le néant qui nous cerne de toutes parts. Un néant que j'ai voulu traduire par le biais d'une scène vide, d'un immense plateau aux limites indécises sur lequel s'agitent de minuscules personnages, de multiples figures posant les mêmes questions sous des angles différents. L'appareil théâtral joue avec le vide, la scène ne cesse de se métamorphoser pour chasser les idées fixes : l'illusion magique du théâtre sert ainsi à débusquer les illusions des hommes. Ceci, à une époque où la surexploitation des richesses de la terre, la fonte des glaciers, la pollution, le risque nucléaire..., précisent le danger que nous courons de nous effacer nous-mêmes de la surface de ce minuscule globe égaré dans l'espace... Si l'espèce humaine venait à disparaître, les planètes et les étoiles continueraient à tourner silencieusement, sans prendre le deuil, l'univers entier ne serait pas plus malheureux que du temps des hommes. Voilà pourquoi il serait bien de prêter aujourd'hui attention à ce qu'écrivait Leopardi en 1824 !"
Interview par Manuel Piolat Soleymat
Paru le 26/03/2008

-
Haut