Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Julie Recoing dans Phèdre
Au théâtre des Amandiers, à Nanterre
Après "Elektra" (en collaboration avec Rachida Brakni) et "Les Commensaux" (en collaboration avec Johanna Nizard), Julie Recoing signe sa première mise en scène en solo. Elle investit "Phèdre" de Sénèque : une version violente et cruelle du récit mythologique.
"C'est en imitant sa mère dans ses amours monstrueuses (ndlr : Pasiphaé enfanta du Minotaure, suite à une relation avec un taureau), en courant vers une mort certaine, que [Phèdre] se libéra de son histoire, de sa condition sociale, de sa famille, de ses peurs", explique Julie Recoing. Pour sa troisième mise en scène, la comédienne dirige Thomas Blanchard, Marie Desgranges, Alexandra Castellon, Grétel Delattre et Anthony Paliotti, vers les territoires de l'héritage, des continuités et des répétitions familiales. Car en tombant amoureuse de son beau-fils - Hippolyte, fils de Thésée -, Phèdre reproduit la conduite de sa mère, se place, comme elle, dans le cadre d'une relation interdite, déshonorante, une relation qui la mènera à commettre l'irréparable, à se perdre dans "le labyrinthe de ses passions". Ce "labyrinthe psychique est l'élément fondateur de la scénographie de Pascal Crosnier", poursuit Julie Recoing. "Il prend part à un décor extrêmement architecturé qui renvoie aux colonnes de Buren, un décor qui finira par se fissurer jusqu'à devenir un véritable champ de bataille. La Phèdre de Sénèque se révèle, en effet, bien plus violente que la Phèdre de Racine ou L'Hippolyte porte-couronne d'Euripide. Il s'agit d'une pièce tout en paroxysmes, une pièce d'une densité et d'une cruauté inouïes."
Interview par Manuel Piolat Soleymat
Paru le 13/04/2008

-
Haut