Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Carole Greep
Elle fait “La Bombe” et on s’éclate !
En 2000, Carole plaque son boulot dans la pub ("Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier alu...", c'est elle) pour assouvir son besoin d'écrire : "On n'a qu'une vie, il faut essayer, sinon on regrette." Ses pas l'amènent au Mélo "un théâtre où l'on n'a pas besoin d'être bankable, où l'artistique prime". Xavier Letourneur apprécie J'aime beaucoup ce que vous faites. Il la met en scène en 2004. Elle est toujours à l'affiche ! Sa troisième pièce, La Bombe, confirme les talents de cette auteure. L'histoire est ancrée dans la réalité. "Je suis lucide mais optimiste. Je pousse à son maximum une situation à tendance dramatique que je vis pour la rendre drôle." Cette comédie n'est pas politiquement correcte : la mère n'est pas exemplaire. "Mais c'est normal : elle est au bout du rouleau et pense ne ressembler à rien alors qu'on nous impose d'être magnifiques, toujours en forme... et d'avoir moins de 30 ans !" Son écriture est fluide et percutante. "J'ai la repartie facile, j'écris comme je parle ou bien je parle comme j'aurais aimé écrire depuis toujours. La pub m'a donné le sens de la formule et j'ai toujours aimé faire rire." Elle s'offre ici la chance de faire ses premiers pas sur scène. "J'ai mis en garde Rodolphe Sand (metteur en scène) : si je dessers ma pièce, dis-le-moi, j'arrête ! À 38 ans, je peux aborder ce métier de façon cool, sans vivre en fonction du bon vouloir des autres. Je m'y sens bien et mes partenaires sont à la fois talentueux et amicaux. C'est confortable." La prochaine pièce ? "Déjà écrite sur mesure pour montrer le talent d'Éric Gueho et Juliette Galoisy. C'est une comédie sentimentale, la rencontre de deux solitudes autour d'un drame. Parce que j'avais envie de parler des choix extrêmes et que la vie est formidable... malgré tout ! Oui j'ai un fond très noir... mais je m'acharne à l'éclaircir chaque jour !"
Interview par Caroline Fabre
Paru le 21/04/2008

-
Haut