Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Claude Buchvald
© H. Bozzi


Falstafe
au Théâtre national de Chaillot
Fidèle de l'œuvre de Valère Novarina, Claude Buchvald crée "Falstafe", une appropriation cruelle et joyeuse de "Henri IV" de Shakespeare.
Les autorités de tutelle ayant décidé de centrer, à partir de la saison prochaine, la programmation du Théâtre national de Chaillot sur la danse contemporaine, le Falstafe mis en scène par Claude Buchvald est peut-être l'une des dernières occasions d'assister, dans la grande salle de ce lieu historique, à une représentation de théâtre. Une représentation "extrêmement joyeuse", indique la metteure en scène, "mais aussi subversive, lucide, car l'œuvre de Valère Novarina est ainsi, elle habite le monde tel que celui-ci court : avec sa cruauté, sa violence, sa truculence, sa gaieté...". "Valère Novarina a condensé la pièce de Shakespeare pour en rendre toute l'oralité, toutes les respirations", poursuit-elle. "On passe ainsi d'un tableau à un autre de façon très rapide. Car Falstafe ne joue pas de la psychologie. Ce sont la langue et le rythme qui forment l'architecture de cette pièce, faisant en permanence se juxtaposer le trivial et le savant."

Investissant la pièce de Shakespeare revisitée par l'auteur de L'Acte inconnu, Claude Buchvald et ses quatorze comédiens s'apprêtent à raconter les émois, les bravades, les batailles, les trahisons de la cour d'Henri IV d'Angleterre, "la très burlesque épopée de Falstafe et son terrible bannissement". Cela, parfois en chansons, toujours "avec la rage au cœur et la joie à plein gosier".
Zoom par Manuel Piolat Soleymat
Paru le 28/03/2008

-
Haut