Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Sophia Aram
Un tempérament de feu doublé d’un surprenant talent d’écriture
Son solo "Du plomb dans la tête" est à l'affiche du théâtre de Dix Heures. Son style ? "J'aime l'humour noir, dit-elle, mais ni bête ni méchant... Je fracasse seulement les retardataires... avis au public !"
Pendant vingt ans, Sophia a vécu à Trappes, "comme Nicolas Anelka, mais j'étais moins bonne en foot !". Matches d'improvisation, Langues O, maîtrise d'anthropologie, théâtre classique, puis télé (Caméra Café, Naguy et Arthur), avant d'écrire son propre spectacle "pour me réaliser et montrer qui j'étais vraiment". C'est l'histoire d'une cellule de soutien psychologique dans une école maternelle au lendemain du suicide d'une maîtresse. "Je sais, ça jette un froid... mais je vous promets, c'est poilant !" Impossible de ne pas remarquer combien son texte est parfaitement documenté. "J'ai été pionne à Trappes, j'ai un enfant de 8 ans et plein de copains profs ! Quant à la psy, le sujet me fascine depuis mon premier cours de philo. Et les cellules de soutien psychologique dont on parle tant, c'était comme une sorte de curiosité malsaine d'être là où l'on n'est pas invité." Mais il y a eu beaucoup d'exagération, non ? "Tous mes personnages, je les ai vraiment rencontrés, sauf la psy québécoise, racontée par un ami ayant suivi une conférence sur la 'suicidologie' et la 'postvention' (eh oui, ça existe !). J'ai même été obligée d'en édulcorer certains pour ne pas faire peur !" Sophia ne travaille pas seule. "Benoît Cambillard m'a aidée à transformer un gros pavé en texte rythmé et plein d'humour. Gil Galliot m'a fait passer un cap en tant que comédienne." Un nouveau spectacle en préparation ? "On y pense déjà. Sans doute sur l'adolescence. J'ai un beau-fils de 15 ans donc j'ai déjà mes sources !"
Zoom par Caroline Fabre
Paru le 18/01/2008

-
Haut