Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

avec Myriam Boyer
D.R.


La Vie devant soi
Un concentré d’émotions
Écrit par Romain Gary sous le pseudonyme d'Émile Ajar, ce livre qui reçut le prix Goncourt en 1975, avait trouvé, au cinéma, une interprète de rêve, en Simone Signoret. Ici, une comédienne hors du commun, Myriam Boyer, endosse à la perfection le rôle de Madame Rosa, femme au grand cœur et usée par la vie.
Bien que juive, Madame Rosa a respecté son serment d'élever Momo dans la religion musulmane. Aujourd'hui, de tous les enfants de ses ex-collègues prostituées qu'elle a pris sous son aile, il est le seul à partager son toit. Ils vivent dans le dénuement le plus total et la peur du passé comme de l'avenir, pourtant, la joie de vivre est omniprésente. Cette femme en fin de vie est rattrapée par ses fantômes, dont Auschwitz, et l'hérédité, mais elle se bat chaque jour pour la tolérance, clé de la vie. Ses armes ? Le bon sens qui ne la quitte pas, l'amour qu'elle donne sans compter et un vocabulaire approximatif mais si explicite. Comme cette vie faite d'horreur et de joie, ce texte fait couler un flot d'émotions auxquelles personne ne peut échapper. Tendresse, humour et drame nous percutent d'autant plus de plein fouet que les comédiens les restituent avec une générosité sans faille. Parmi eux, Xavier Jaillard adaptateur du texte, Aymen Saïdi qui parvient à nous faire oublier qu'il n'a plus l'âge du rôle et, surtout, Myriam Boyer. Cette comédienne a le don de porter toute la misère du monde avec un naturel sublimé par un engagement total. Elle va jusqu'au bout, sans fausse pudeur et c'est magnifique. La mise en scène de
Didier Long laisse couler lentement cette histoire pour mieux nous permettre de nous en imprégner. À voir absolument.
Zoom par Caroline Fabre
Paru le 06/02/2008

-
Haut