Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© William Let


Hervé Domingue
À 19 ans, il chantait, dansait sur la scène des Folies-Bergère dans les plus belles productions de spectacles musicaux, et jouait la comédie. Après dix ans de succès, il devient interprète de ses propres textes et offre un tour de chant de son cru, dès septembre au théâtre Michel-Galabru.
Comment écrit-on une chanson ?
J'écris toujours le texte en premier, en imaginant ce que sera la musique. Puis, je travaille avec mon compositeur, Jean-Christophe Déjean, un musicien rencontré lors du spectacle Mon homme au théâtre des Variétés. Un coup de foudre musical.

Quel sera le genre musical de ce tour de chant ?
Ce ne sera pas un tour de chant normal, où je serais planté derrière un micro. Il y a une mise en scène, une interaction avec le pianiste et la salle, un fil conducteur. Je veux revenir à ce qui se faisait à l'époque des
chansonniers, ce qui n'est pas du tout péjoratif pour moi. Comme eux, j'adore jongler entre le rire et les larmes.

Est-ce à dire que c'est de la chanson réaliste ?
J'ai toujours aimé les chansons qui racontent des histoires. Pour mon plus grand bonheur on me qualifie à présent de chanteur "néo-fantaisico-réaliste" après m'avoir longtemps catalogué "jeune premier romantique". Au lieu qu'on me dise que je chante bien, je préfère que l'on me dise que l'on a été touché ou ému par mes chansons. Des gens qui chantent bien, il y en a à la pelle.
Interview par François Varlin
Paru le 26/10/2007

-
Haut