Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Gustave Parking
Dans les spectacles de cet artisan du spectacle, l'humour, la réflexion et la créativité se confondent en une joyeuse sarabande. Le revoici au Trévise avec un florilège de ses meilleurs sketches.
Comment, un beau jour de 1979, Pierre Le Bras est-il devenu Gustave Parking ?
Je jouais à Beaubourg. Je portais un masque à gaz, j'accouchais d'une poupée clonée... Cherchant un nom qui soit à la fois contemporain et rigolo, j'hésitais entre Gustave Parking, Raoul Tupperware, Jérôme Camping et William Pompidou. En sortant du parking, j'ai pris le premier, tout simplement. De toute façon, moi, je ne m'appelle jamais !

Sous des allures désinvoltes de clown moderne, vous ne manquez jamais de donner du sens à vos spectacles. Pourquoi ?
Je crois plus à l'exhibitionnisme contrôlé qu'au narcissisme stérile. Pour moi, un bon spectacle doit être ironique sans être méchant, impertinent avec les puissants et compatissant avec les faibles, et surtout, divertir tout en évoquant avec pertinence des sujets de société qui touchent tout le monde.

Comment avez-vous conçu ce best of ?
J'ai privilégié les sketches abordant des sujets tels l'environnement, la guerre, les élections... Si leur base visuelle reste la même, je les ai entièrement réécrits en y insérant de nombreux éléments issus de l'actualité immédiate.


Et toujours votre fameuse formule entrée à 2 euros avec libre participation à la sortie ?
D'habitude, on voit trop de riches branchés invités où les pauvres fans paient le prix fort ! Avec moi, chacun paye sa place en fonction de son plaisir et de ses revenus. Cela me permet aussi, sans aucun tabou, d'expliquer au public combien coûte réellement un spectacle.
Zoom par Caroline Fabre
Paru le 15/08/2007

-
Haut