Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Marc Jolivet
"En attendant Lucie"
À partir du 21 novembre, Marc Jolivet partagera la scène du Studio des Champs-Élysées avec Caroline Grimm et Guy Laporte pour une comédie sentimentale en trois actes, variation du film de Pierre Jolivet dans lequel Marc avait joué en 1993 : "À l'heure où les grands fauves vont boire".
Saltimbanque dans l'âme, toujours là où on ne l'attend pas, Marc Jolivet se plaît à explorer tous les chemins qui mènent à l'humour, du one-man-show à l'épopée lyrico-symphonique, en passant par l'aventure romanesque : "Tout ce que je fais, c'est pour me faire plaisir ! Il ne faut pas perdre de vue que nous sommes venus sur terre pour réaliser nos rêves : plus tu rêves, moins tu crèves ! Et je ne suis pas là pour plaire à tout le monde ! Travailler pour 1 % de la population me suffit !" Cette année, Marc a décidé de s'offrir une "parenthèse théâtrale" : "J'avais envie de parler d'amour et j'ai repensé à ce film dans lequel mon frère m'avait dirigé. J'avais été un peu frustré de jouer sur le mode de l'introversion alors que je suis plutôt extraverti ! Revisiter cette histoire me trottait depuis longtemps dans la tête !" Voici donc En attendant Lucie, ou comment plier la réalité à la volonté de ses rêves pour gagner le cœur de la femme désirée : "Adrien est un vieux garçon timide qui rencontre enfin l'amour de sa vie. Il est donc prêt à tout pour séduire son idéal... Au cinéma, je jouais Yochka, l'ami d'Adrien. Cette fois, j'avais envie d'être l'amoureux ! À 56 ans, je peux enfin m'offrir le rôle du jeune premier... Ou plutôt du vieux premier !" Dans le rôle de l'ami polonais, nous retrouvons son fidèle compagnon de scène, Guy Laporte : "Yochka, c'est le slave dans toute sa splendeur, excessif et drôle ! Il a un vrai sens de l'amitié !" L'inaccessible Lucie est quant à elle campée par Caroline Grimm : "J'aime sa voix cassée, ses fulgurances littéraires et son extravagance ! Lucie est journaliste, passionnée par l'Afrique et, tout au long de la pièce, ne voit pas Adrien ! Mâle dominant dans la vie, j'avais envie de jouer sur les ressorts dramatiques du pauvre diable qui s'acharne en vain à attirer l'attention de la personne qu'il aime !" Côté scénographie, Marc annonce une vingtaine de lieux différents : "Le mot d'ordre a été : 'Ambiance Magritte.' Nous avons particularisé chaque endroit par des effets visuels, des accessoires, des bandes-son."
Jamais à court d'inspiration, Marc travaille parallèlement sur trois autres projets. Un nouveau roman, Miss Mulot, en hommage à Jacques Tati, ainsi qu'une série de spectacles-conférences "en tant qu'ambassadeur du Défi pour la Terre et en me rapprochant de ce que fait Al Gore : premier temps : constat ; deuxième temps : solutions ; troisième temps : discussions." Et, surprise, Marc nous annonce ses prochains adieux de clown, après vingt ans d'humour : "Je veux dire combien le monde a changé en vingt ans en qualité d'humoriste ayant vécu les belles années de liberté. Je sens que je vais être très dur, en ces temps où l'on ne peut plus s'exprimer librement, et où la civilisation occidentale est conduite à l'agonie."
Portrait par Alain Bugnard
Paru le 18/12/2006

-
Haut