Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Benoît Soles
Le Molière imaginaire au théâtre Mouffetard
Du 14 septembre au 4 novembre, Benoît Soles incarnera le
Roi-Soleil dans une pièce d'Yvan Varco et de Jean-Michel Bériat, mise en scène par Giovanni Pampiglione. Une brûlante confrontation entre le monarque absolu de droit divin et le maître du théâtre français, joué par Pierre Santini.
Benoît Soles fait partie de ces jeunes comédiens exigeants et talentueux, désireux de soutenir le théâtre dans ses dimensions littéraires et subversives. On se souvient de sa magistrale interprétation du Talentueux M. Ripley ou encore de sa récente prestation dans Trois Années de Tchekhov au Petit Montparnasse. En cette rentrée théâtrale, nous le retrouvons sur la scène du Mouffetard, pour une aventure historique et inédite : "On découvre Molière chez lui, en 1664, après une répétition de la première version de Tartuffe. Il vient d'apprendre que les représentations ont été interdites sur ordre de Louis XIV, la pièce étant une charge féroce contre les dévots et le clergé. Le dramaturge, furieux, se lamente sur sa condition d'écrivain à la solde du pouvoir. Et, stupeur, il trouve dans son cabinet de travail parisien, le roi en personne qui est venu lui expliquer les raisons de cette censure." Une rencontre, certes, imaginaire mais que rien n'interdit, "toutes les situations échafaudées faisant référence à des événements historiques". Commence alors, entre le dramaturge vieillissant, alors âgé d'une quarantaine d'années, usé et malade, et le jeune monarque tout-
puissant de 26 ans, une discussion sur le pouvoir, l'art, et leurs relations étroites. "Très vite, Molière a des doutes sur l'identité de son visiteur dont la présence peut paraître incroyable. Pourtant, il est certain de le reconnaître. On oscille entre mystère, suspense, comédie, et questions existentielles... La pièce a des aspects franchement comiques, notamment avec le personnage de Molière qui est en lui-même un valet de comédie, bougon et rageur. En même temps, il y a une vraie profondeur car cette pièce parle de l'écriture, du théâtre, de la mystification, du masque, de la tromperie, et on va de rebondissements en rebondissements. Ce qu'il y a d'amusant c'est que Santini a déjà joué Louis xiv et que j'ai déjà joué Molière !" Au jeune roi, Benoît entend donner "le charme, l'autorité, le danger, la puissance" et ne pas limiter son personnage à "cette image scolaire truffée de clichés qui le présente comme un être obtus ayant appauvri le royaume. C'était un homme d'une immense intelligence qui a dirigé la France à un moment où elle rayonnait sur le monde. On peut critiquer le contexte social mais il n'est pas raisonnable d'oublier que ce fut un âge d'or pour le théâtre, la littérature et les beaux-arts". En prolongement de cette composition, nous pourrons découvrir Benoît sous les traits du marquis de Gontaut, intime de Louis xv, dans La Pompadour, téléfilm de Robin Davis, avec Vincent Perez et Hélène de Fougerolles, diffusé cet automne sur France 2 : "L'année des perruques et des costumes !"
Portrait par Alain Bugnard
Paru le 20/10/2006

-
Haut