Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Judith Henry
Seule en scène et dirigée par Marcel Bozonnet, Judith Henry sera Jackie Kennedy au Rond-Point, du 19 septembre au 15 octobre
À quels aspects de la personnalité de Jackie Kennedy vous êtes-vous intéressés ?
Nous allons autant jouer sur l'incarnation que sur la non-incarnation. L'auteur - Jelinek - s'est intéressée aux poncifs. Elle joue avec le mythe, en le détournant : l'assassinat de son mari à Dallas, la rivalité avec Marilyn, l'icône de la mode, les morts successives... Jelinek s'est inspirée de la théorie de Barthes selon laquelle il existe trois types de vêtements : celui qu'on regarde dans les journaux, celui que l'on porte, et celui qu'on décrit dans les magazines. Elle se sert du vêtement pour faire parler Jackie : elle n'était pas faite de chair mais de vêtements, en opposition à Marilyn.

Quelle vision de Jackie Kennedy cette pièce vous inspire-t-elle ?
À travers mes différentes lectures, je découvre une femme assez dure, peu sympathique. Tous ses amants semblaient prévus, commandés, et toute sa vie calculée. Jelinek est très cruelle avec Jackie mais aussi très admirative. Le ton n'est jamais méprisant. Elle décrit une femme intelligente, qui a su gérer sa vie selon son ambition. Elle a su créer l'événement par ses vêtements. On comprend qu'elle se cachait derrière pour assurer le protocole. Ainsi, on ne la voyait jamais ébranlée, déchirée, malheureuse, et on ne saura jamais qui elle était.

Quels sont vos projets ?
Je vais jouer dans Clinique de Lars Noren, mise en scène par Jean-Louis Martinelli à Nanterre. Je prépare également une création avec ma compagnie, Sentimental Bourreau, d'après un texte de Steinbeck Tendre Jeudi.
Interview par Alain Bugnard
Paru le 14/09/2006

-
Haut