Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


"Le déclin de l'empire Américain"
La pièce, d’après le film de Denys Arcand
Qui a oublié le film culte de Denys Arcand, et l'affiche choc qui annonçait si clairement la couleur : un film qui parlait de sexe. Ou plutôt qui montrait des hommes et des femmes en parler. Avec en filigrane, beaucoup de choses dites sur un déclin de l'Occident et de ces élites qui "ne pensent qu'à ça". Voici donc, sur la scène du théâtre Daunou, pour la première fois, l'adaptation du chef-d'œuvre du cinéaste canadien.
Ce n'est pas une farce, c'est un divertissement. Une véritable comédie de mœurs, drôle avec, aussi, un certain désespoir des préoccupations humaines. Denys Arcand a voulu des personnages sympathiques, il ne les ridiculise pas, mais il les place dans des situations délicates du point de vue moral. La légèreté des propos est balancée par le fait qu'ils sont dans la bouche d'intellectuels, de scientifiques. Des gens dans un certain déclin car ils ne parlent que de sexe. Les hommes se vantant de leurs prouesses en faisant la cuisine, les femmes papotant en faisant leur gym. Les dames rejoindront leurs hommes pour une mise en commun impromptue du sujet...

Claude-Michel Rome
Adaptateur et metteur en scène
Ce metteur en scène s'est, dernièrement, essentiellement consacré à l'image. Réalisant Dans la tête du tueur, Zodiaque, des sagas estivales pour TF1, il écrit et réalise de grandes séries pour la télé. Habitué à travailler avec des acteurs de très haut calibre au cinéma et à la télévision, acteur lui-même - compagnon de Xavier Lemaire au cours Simon -, il a une approche et une habitude qui lui donnent cette tranquille assurance en même temps qu'une réelle exigence dans le travail, que lui reconnaissent ses comédiens. Claude-Michel Rome souhaitait pourtant revenir au théâtre. Un film adapté en pièce, pour celui qui écrit tant de films... Le Déclin est l'occasion inespérée, avec la dramaturgie forte contenue dans le texte.
Martial Courcier
Mario
Son personnage est un marginal perturbateur, sans emploi. Une personnalité en décalage, adepte de pratiques SM, il est énigmatique. Diane en raffole ! Martial Courcier trouve ici une composition à sa dimension, habitué à partager l'affiche d'importants films : Astérix et Obélix contre César, Le Pari, Ma femme est une actrice, Absolument Fabuleuses... Auteur de théâtre, il signe le texte du fameux L'Opposé du contraire longtemps à l'affiche du Mélo d'Amélie et de la Comédie-Bastille, et de Plus vrai que nature.

Muriel Lemaire
Louise
Louise est une femme trompée, mais elle ne le sait pas. Ou, prudemment, feint de l'ignorer. Très positive, elle croit au bonheur ce qui agace ses copines avec qui elle cultive son corps en pratiquant une gym régulière. Mariée à Rémi, elle enseigne le piano. Comme ses partenaires de scène, Muriel Lemaire est une ancienne du Théâtre de Bouvard, ce qui remonte aux années 80. Aux côtés de Xavier Letourneur, on l'a dernièrement vue dans Les Acteurs son fatigués et Tout un Cinéma à la Comédie Caumartin, Panne de télé, Anniversaire au Self et Un Conseil très municipal au Mélo d'Amélie.

Didier Caron
Pierre
Sa collaboration avec Xavier Letourneur remonte au Théâtre de Bouvard, alors qu'il venait de quitter la banque pour choisir les tréteaux, et aussi dans l'excellent Monde merveilleux. Il a mis en scène L'Opposé du contraire au Mélo d'Amélie. Homme de théâtre, il s'illustre tant à l'écriture qu'à la mise en scène -
ses deux dernières pièces, Un vrai bonheur et Les Vérités vraies, ont cartonné - et coadapte Sur la route de Madison, qui sera joué par Alain Delon et Mireille Darc à Marigny en janvier 2007. Dans la pièce, Didier Caron est Pierre, un enseignant, lui aussi, du département histoire de l'Université d'Aix-en-Provence. Célibataire sans enfants, il a une faiblesse : une jeune maîtresse de 23 ans qui n'est autre qu'une de ses élèves...

Marie-Hélène Lentini
Dominique
Parmi ces nantis qui parlent de "la chose", Dominique est la tête pensante de toutes ces têtes bien pleines. Directrice du département d'histoire de l'Université d'Aix et conférencière à ses heures, elle est
célibataire.C'est
Marie-Hélène Lentini qui lui prêtera ses traits. Habituée de
la scène du Mélo d'Amélie, elle était aussi dans les deux derniers spectacles de Didier Caron, Un vrai bonheur et Les Vérités vraies. Dernièrement, elle affichait cet air
qui n'appartient qu'à elle, et fait se tordre de rire le public, dans Les Héritiers d'Alain Krief au théâtre Rive Gauche.

Pierre-Jean Cherer
Claude
Lui aussi distribué dans Les Vérités vraies et Un Vrai bonheur, il a longtemps tenu l'affiche de Court sucré et long sans sucre avec cette insolente élégance qui lui va si bien. Il tourne beaucoup pour des séries télévisées ou des téléfilms. Dans la pièce de Denys Arcand, il tient le rôle de Claude, universitaire, lui aussi, et soumis à la même dictature de la chair, mais homosexuel. Comme quoi...

Véronique Barrault
Diane
Son œil noir n'a d'égal que son verbe aiguisé. Le théâtre lui a offert de beaux rôles dans Les Vérités vraies, Un vrai bonheur, Un monde merveilleux, L'Ex-Femme de ma vie, et l'inénarrable Thé à la menthe
ou t'es citron de Patrick Haudecœur. Au cinéma, on a pu l'applaudir dans Palais royal !, Un ticket pour l'Espace, Sept ans de mariage... Dans ce Déclin, elle joue le rôle d'une femme divorcée, mère de deux enfants. Elle sort avec Mario (Martial Courcier), avec qui elle a de surprenantes pratiques, de drôles de trips.


Xavier Letourneur
Rémi
Xavier a travaillé avec Claude-Michel Rome sur plusieurs tournages, ensemble ils ont fait les beaux soirs du Théâtre de Bouvard. Avec son théâtre, Le Mélo d'Amélie, il est au centre de la rencontre de bien des membres de la troupe du Déclin. Une plaque tournante. Xavier Letourneur est ravi du personnage qu'il joue dans la pièce, très loquace car il est lui-même un insatiable bavard. Il joue Rémi, un bon vivant qui aime la vie, la bouffe et le sexe. Professeur à l'Université, il est l'époux de Louise (Muriel Lemaire).

Xavier Letourneur

chef de bande !

"Nous sommes toute une bande de comédiens entre 40 et 50 ans qui joue un théâtre de divertissement qui n'est ni du Boulevard ni du vaudeville. On se produit beaucoup, mais on se bat pour être programmés. Proches, aussi, de l'équipe de José Paul nous sommes une même famille, qui a commencé au café-théâtre (Blancs-Manteaux, Théâtre d'Edgar, Tintamare...), certains ont fait Bouvard ou La Classe, puis il y a eu des propositions de théâtre.
Nous choisissons de jouer des pièces en groupe. Une envie d'interpréter des pièces chorales, des succès de troupe. On adore l'avant, le pendant et l'après spectacle, avec cette même jubilation de partager le plateau. Il n'y a pas ce sentiment de "venir au travail", comme trop souvent on peut le retrouver dans des distributions autour de vedettes. Ici c'est un esprit de bande. Nous jouons un théâtre d'humour pour que l'on soit programmés, car seuls des spectacles 'chorals' d'humour peuvent marcher commercialement. Si nous avions voulu jouer des drames, il aurait fallu se monter en compagnie et jouer dans le subventionné. Nous faisons des succès dont personne ne parle et surtout pas la télé. Le public, lui, sait."
Dossier par François Varlin
Paru le 14/08/2006

-
Haut