Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

D.R.


Firmine Richard
Caissière de charme à La Grande Comédie !
Révélée au cinéma dans "8 Femmes", Firmine Richard se produit dans la nouvelle comédie de Franck Didier, "À fond la caisse", mise en scène par Jérôme Foucher, aux côtés de Cerise et de Séverine Ferrer.
Comment passe-t-on de Bertolt Brecht à Franck Didier ?
Ce sont deux projets qui me tenaient à cœur. La Noce chez les petits-bourgeois... créoles, dans une mise en scène de Philippe Adrien, en français et créole surtitré, était une très belle expérience que je voulais vivre. Nous avons dépoussiéré et rendu drôle le texte de Brecht sans occulter les messages qu'il contenait. Jouer cette pièce en créole était l'occasion pour moi de valoriser cette langue, ma langue maternelle, qui se parle de moins en moins. Ce fut un beau succès et le public a eu l'impression que cette pièce avait été écrite pour nous les Antillais ! Elle aborde en effet un sujet universel, comme la pièce de Franck Didier qui est très représentative des personnalités que l'on peut rencontrer dans le monde du travail. À fond la caisse est un projet d'équipe. C'est Cerise qui l'a découverte. Virginie Lemoine l'a retravaillée et jouée avec nous en Suisse où le public nous a réservé un accueil très favorable.

En quoi cette pièce, dont l'action se déroule dans un vestiaire de supermarché, vous a-t-elle séduite ?
C'est un thème très intéressant car, à ma connaissance, aucune pièce n'a encore mis en scène de caissières, bien que nous en connaissions tous ! Il ne s'agit pas du tout de caricatures mais de tranches de vie de femmes dans leur univers professionnel. Ces caissières se racontent au fil de la pièce. Ce sont des femmes de caractères et d'âges différents. Il y a Huguette qui ne cesse de faire des crises d'autorité pour essayer de manipuler ses collègues et d'ainsi les diviser pour mieux régner, Vanessa, la petite bimbo qui croque la vie à pleines dents, ou encore Florence, la petite dernière que je prends sous ma protection. Je suis Marie-Louise, la plus ancienne. Elle est à un an de la retraite. Tout coule sur elle car elle en a vu passer d'autres ! C'est la caissière sympa et assez clairvoyante au vu de son ancienneté... Il y a chez ces femmes, beaucoup de souffrance et de solitude qu'elles essaient de dissimuler. Même la chef de caisse, Madame Da Silva, qui apparaît comme très dure au départ, cache certaines fêlures.

Avez-vous d'autres projets ?
Je serai à l'affiche de Lily et Lily avec Annie Cordy dès la mi-septembre. Nous allons faire une tournée de plus de cent dates en province, avant de reprendre le spectacle à Paris, j'espère. J'y incarne Joséphine la gouvernante de Lily, une chanteuse de music-hall renommée à qui j'en veux car je la crois responsable de la fin de ma carrière de danseuse ! Et d'ailleurs je dis vouloir me venger d'elle !
Interview par Alain Bugnard
Paru le 24/07/2006

-
Haut