Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

© Marion Gronier


Jérôme Deschamps
Peintre de l’air du temps
Reprise à Chaillot des "Étourdis", une comédie (en musique) teintée de l'inimitable humour du tandem Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff, et qui brosse en filigrane un portrait sinistre de l'entreprise moderne.
Qui sont ces étourdis ?
Ce sont des gens étourdis par l'air du temps. Ils travaillent dans une entreprise imaginaire qui ne fabrique rien sinon de la hiérarchie et de l'humiliation et, de temps en temps, des petites fêtes ou des petites satisfactions comme celles d'avoir écrasé un client ou un supérieur ! Ils se laissent bercer par la mécanique de l'entreprise, les sons qu'elle produit avec les téléphones, les fax... Ils sont en pilotage automatique et deviennent, sans qu'ils en aient conscience, un double d'eux-mêmes qui leur fait tout oublier. Ils sont dans une extinction des feux au nom du confort. Le bonheur par le confort et la réussite est l'un des thèmes qui traverse le spectacle. Il aborde aussi la difficulté à vivre, à évoluer, et la façon pour le personnel de trouver sa dignité dans l'entreprise. S'acquiert-elle en étant le plus fort, en écrasant les autres et en possédant les accessoires et les attributs de la fonction ? Ou au contraire, est-ce se soumettre, se faire tout petit, passer sa vie dans la peur des autres, sans autre espoir que de parcourir ce chemin de croix ?

Les thèmes que vous évoquez sont très sombres, pourtant il s'agit bien d'une comédie !
Le spectacle n'est pas triste du tout car nous l'avons traité par le rire qui est la seule manière d'en parler sans sombrer dans la dépression ! On s'est beaucoup amusé avec les glissements de hiérarchie comme on peut en voir dans les films des Marx Brothers. D'autant que ces personnages, avec leurs costumes très imposants - inspirés de l'univers des Trente Glorieuses - se prennent très au sérieux ! Ce sont finalement de grands enfants avec des jouets, comme on peut en voir dans les véritables entreprises ! Le spectacle est aussi rythmé par des musiques, des chansons. Ce n'est toutefois pas un spectacle didactique : il donne à voir, à comprendre et ouvre une porte sur la réflexion mais n'explique rien ! Il laisse le public s'amuser des dérapages de la machine !

Parlez-nous de ce tandem que vous formez avec Macha Makeïeff...
Il est difficile de parler de ce genre d'alchimie. Nous formons un duo un peu curieux car je suis un homme de plateau, du fait de mon parcours de comédien, alors que Macha travaille avec énormément de recul. En tout cas, je ne me vois pas travailler sans elle ! Elle a un sens formidable des costumes, des décors, de la scénographie. Pour ce spectacle, elle a réalisé un décor très uni, très cosy, une sorte de cocon. Nous sommes en train de monter L'Affaire de la rue de Lourcine de Labiche. Les personnages de cette pièce sont eux aussi perdus, car pris dans un tourbillon de folie suite à un événement qui les fait disjoncter pour des raisons qui n'existent pas !
Interview par Alain Bugnard
Paru le 19/12/2005

-
Haut