Connexion : Adhérent - Invité - Partenaire
Accueil Qui sommes nous Nos services Comment adhérer Questions courantes Contactez nous

Photo: D.R.


THÉÂTRE COMÉDIA

4, boulevard de Strasbourg
75010 PARIS
M° Strasbourg Saint Denis
Tél: 01 42 38 22 22
Web: www.le-comedia.fr

 > Plan d'accès (Google Maps)
 > Plan du métro (RATP)



Le 30 décembre 1858, s'ouvrait au 4 boulevard de Strasbourg, la plus fastueuse salle de café-concert de Paris, qui en comptait déjà beaucoup : l'Eldorado. Trop luxueux, trop onéreux pour devenir immédiatement l'un des hauts lieux de 'la sociabilité populaire', l'Eldorado mettra trois ans et ruinera trois directeurs avant que Lorge en fasse le premier café-concert de Paris.
Dès 1864 en effet, au mépris des interdictions, Lorge engage Mademoiselle Cornélie, transfuge du Théâtre français, pour venir en crinoline noire, déclamer Corneille et Racine sur les planches de l'Eldorado. Vont alors se succéder sous la direction éclairée de Lorge de petits actes comiques, de courts vaudevilles, des imitations et de petits morceaux d'opérettes, des chansons populaires, ingénues et libertines, grivoises ou franchement équivoques.
Le répertoire du café-concert saura tirer les leçons de cette nouvelle écriture où la facétie le dispute au burlesque, où comme à l'Eldorado, le rire est roi.
C'est à cette date aussi que s'ouvre au 13 boulevard de Strasbourg, juste en face de l'Eldorado, le café-concert Au Cheval blanc qui prendra en 1876 le nom de la Scala. Jusqu'en 1887, date à laquelle les époux Allemand assureront leur direction commune, les deux cafés-concerts vont faire de leur rivalité un feuilleton à épisodes qui ravira Paris.
En 1918, soixante ans après son ouverture, alors qu'il avait donné leur chance à tant d'artistes et qu'il avait servi de pépinière à tant de théâtres du rire, de la danse et de la chanson, l'Eldorado, concurrencé par le music-hall importé d'Amérique, par le cinéma naissant, doit renoncer à son répertoire de café-concert et consacrer son activité à la revue, à la comédie, au vaudeville, à l'opérette.
En 1932, le Théâtre yiddisch sera le dernier pensionnaire de l'Eldorado avant démolition et reconstruction l'année suivante en une salle de 2.000 places consacrée au cinéma, selon les plans de l'architecte Paul Dubreuil.
Cependant, les cinémas, même géants, connaissent eux aussi un jour ou l'autre le désaveu d'une partie de leur public. C'est donc une salle de cinéma sans film qui ouvre ses portes en 1971 à toute une gamme de spectacles musicaux, comiques ou dramatiques.
Puis, en 1994, vient Maurice Molina. Après rénovation totale du hall de la salle rendu plus confortable et de la scène, laquelle trouve enfin les dimensions et les équipements techniques propices au répertoire d'un grand théâtre populaire, son nouveau directeur choisit une programmation ambitieuse et éclectique. Puis, contraint par l'ancien propriétaire des lieux d'abandonner l'enseigne que l'histoire avait consacrée, Maurice Molina rebaptise son établissement Théâtre Comedia en 2000. Il affiche notamment 'La Main passe' de Georges Feydeau mis en scène par Gildas Bourdet. En 2002, le théâtre fête la 400e représentation de 'Sexe, magouilles et culture générale' de Laurent Baffie (avec Daniel Russo et Pascal Sellem).
-
Les spectacles
1
UN ÉTÉ 44  
SPECTACLE MUSICAL
Jusqu'au dimanche 26 février

Le spectacle musical UN ETE 44 retrace l’incroyable histoire des 3 mois qui ont changé le monde. Six jeunes chanteurs nous font revivre, au travers de destins d’anonymes, l’été 44, du débarquement de Normandie à la libération de Paris. Ces jeunes vies vont se croiser sur la route qui mène à la lib...

Haut